Homélie du 27 octobre 2019

Homélie du 27 octobre 2019

St-Luc 18, 9-14

Je commence mon homélie avec une question : « d’après vous, avec quelle partie du corps nous faisons le plus de péché? »

Le nombril, le cher moi, le repliement sur soi, …. qui se transmet de génération en génération.

Dans l’Évangile, Jésus veut montrer à ses disciples que la racine du mal viens du « je, me, moi ». Je n’ai pas besoin des autres, je vais décider par moi même ce qui est bon pour moi, je fais mes propres lois, je suis mon propre salue, mon propre Dieu, j’écrase les autres parce que ce qui compte c’est moi, je suis le centre du monde, etc.

La parabole de Jésus veut nous faire comprendre ce message avec ces trois personnages :

1- Le pharisien

Je, me, moi ; « je ne suis pas comme les autres ». Il est arrogant, il méprise, il connaît tout, il n’a pas besoin de personne, il fait son propre salue . Il compte sur ses propres forces pour aller vers Dieu.

  • se sentir supérieur aux autres;
  • plus intelligent, priant, riche;
  • j’en connais plus dans tel domaine que toi;
  • je sais moi comment faire;
  • ma sauce est meilleure que la tienne;
  • moi, je fais cela comme ça;

2-Le publicain

Un appel à la conversion : changer nos cœurs, se tourner vers Jésus. Le publicain (nous), pêcheur: il reconnait son péché, il en prend conscience, sans se « flageller ». « Mon Dieu, montre-toi favorable au pêcheur que je suis ! ». Il  regrette et se tourne vers Dieu pour implorer sa miséricorde. 

N’ayons pas peur d’invoquer la miséricorde du Père pour chacun de nous et pour le monde entier. Voir Sainte Faustine

3- Jésus

En référence au Psaume 33

« Il (Dieu) est proche du cœur brisé, Il sauve l’esprit abattu ». Jésus est toujours attentif et à l’écoute des personnes qui crient vers lui humblement et dans la vérité.

Il est le médecin des cœurs.