31e dimanche C : “Aujourd’hui, il faut que j’aille chez toi”

Sanctuaire de la Miséricorde

31e dimanche C : “Aujourd’hui, il faut que j’aille chez toi”

En ce dimanche, comment ne pas être remué.es par toutes les lectures de ce jour. Le psaume 144 est un vrai poème qui pourrait devenir une si belle chanson. « Tu aimes Seigneur tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres. » Dieu est là pour le monde entier, pour les bons comme pour les méchants. Ce psaume nous conduit tout droit à Zachée, quelle belle histoire !!

Je m’arrêterai à Zachée, mon ami, celui qui grimpe dans l’arbre pour mieux voir Jésus. Comment se fait-il que parmi la foule Jésus ait vu cet homme, petit de taille? La réponse est là: Jésus est universel. Que nous soyons pécheur, fragile, indifférent, il est là pour nous et nous aime avec nos faiblesses.

On a beau se cacher un peu, il nous trouve toujours. Il est venu pour toucher nos blessures, pour nous remettre debout, c’est là notre espérance. Il ne faut pas grand-chose pour que Jésus s’invite chez nous, il lui suffit de voir qu’il est attendu.

Sous le regard d’amour de Jésus, Zachée retourne sa vie. Zachée était regardé comme un pécheur. Le regard de Jésus est différent, il nous regarde d’une manière unique. Dans le secret de son cœur et dans le secret du cœur de Jésus se vit une alliance. Fatigué du mépris des autres, Zachée n’avait plus qu’une idée: rencontrer un visage aimable, un regard qui ne juge pas.

La logique de Dieu n’est pas la nôtre. Il mange avec les pécheurs… justement, il vient pour eux aussi. « Aujourd’hui, il faut que j’aille chez toi. » C’est quand Zachée a décidé de changer de vie, de faire la vérité, que Jésus parle de salut.

Aujourd’hui, nous invitons Jésus à nous accueillir dans sa maison pour que nous puissions tout partager avec Lui. Jésus veut faire toute chose nouvelle, redresser ce qui est tordu. Notre passé est entre ses mains et dans son cœur, notre présent et notre avenir lui appartiennent. Ce qui nous importe, jour après jour, c’est d’accueillir Jésus dans la reconnaissance. Avec Zachée, nous voulons croire et recevoir Jésus avec joie, Pain de vie dans l’Eucharistie.

Cette semaine, essayons de descendre vite de nos branches, afin de retrouver une joie simple ancrée dans le sol, sur cet appui qu’est pour nous le Seigneur.

S. Isabelle Paquet, CND