……. d’un père à l’Autre

Sanctuaire de la Miséricorde

……. d’un père à l’Autre

Je vous entends déjà penser tout bas :« cette fois, qu’est-ce qu’elle veut bien dire? ».  

Il me semble que vous devinez : oui, ce 21 juin ce sera la fête des pères, des papas, des grands-pères. Soudainement hier il m’est venu dans le cœur une réflexion que je vous partage. Je pensais à cette fête et un titre m’est arrivé : « d’un père à l’Autre «  avec un  A majuscule bien sûr.

C’est tellement beau de voir un papa s’occuper de son enfant, rire avec lui, le consoler s’il pleure, jouer avec lui … et continuez, vous avez l’expérience.

Je pensais à mon père, paternel de 10 enfants, j’admirais sa patience, sa bonté, son souci de nous rendre heureux, mais aussi ses exigeances afin de nous préparer à la vie. Souvent je trouvais que c’était trop demander… Et je voyais en même temps une petite amie qui avait un père colérique, grogneux, incapable de sourire et cela me faisait mal.

En partant de cela j’ai compris que la première relation avec notre père de la terre devient plus tard la facilité d’accueillir l’Autre Père, celui du ciel.

D’un père à l’Autre… un père qui ouvre les bras invite à regarder le Père du ciel comme une personne capable de nous aimer, qui ne nous juge pas mais qui accueille, qui peut tout pardonner même les pires folies.

La fête des pères n’est pas une fête dont on parle dans la liturgie, pas plus que la fête des mères.  Mais en lisant la Parole de Dieu, on voit si bien le rôle de Marie et celui de Joseph dans la vie de Jésus. Un Jésus sans père n’aurait pas été sensible à la souffrance du monde de son temps. Il n’aurait pas fait autant de miracles afin que les personnes soient guéries; il n’aurait pas écouté aussi bien la femme adultère sans la juger, il n’aurait pas valorisé autant la justice, l’amour du prochain, il ne serait pas allé jusqu’à la mort pour sauver l’humanité sûrement.

Un professeur a demandé un jour à des enfants : « Dites une qualité de votre papa… »  Les réponses ont vite surgi et elles sont suaves comme un enfant peut l’être :

   -Il est cool, il est présent et généreux, c’est un bon gars a dit ma mère, il est beau, il est attentif, il est toujours à la porte sur la galerie quand il sait l’heure de mon arrivée, il ne juge jamais, il est tolérant, il donne des bonbons, il…

Le cours de catéchèse venait de commencer et le professeur avait tout pour parler de Dieu comme un Père. Et si la question avait été de trouver une qualité au grand-père, la liste aurait été plus longue, car un grand-père, ça n’a pas de défaut et ça ne refuse rien aux petits-enfants. Un grand-père c’est deux fois un père.

Dans la liturgie de ce dimanche 21 juin, le refrain du psaume est celui-ci : « Dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi. ». Voilà l’histoire de la fête des pères. Parce que j’aime Dieu comme un Père, je peux tout lui dire et tout lui demander, parce que Dieu m’aime comme un père, je sais qu’Il me répondra, car Il est bon. À tous les enfants du monde, souhaitons un père rempli d’amour et de bonté. À tous les papas du monde,  félicitations et merci pour votre grand cœur. À tous les grands-pères du monde, que votre cœur demeure tendre et heureux!

S. Isabelle Paquet, CND   Dorval