2e dimanche après Pâques – Dimanche de la divine Miséricorde

Sanctuaire de la Miséricorde

2e dimanche après Pâques – Dimanche de la divine Miséricorde

Le deuxième dimanche de Pâques est pour toute l’Église celui de la divine Miséricorde. « Dieu nous cherche pour célébrer sa miséricorde. » Cette fête a été instituée par le pape saint Jean Paul II le 30 avril 2000 à l’occasion de la canonisation de Sœur Faustine. Ce thème de la miséricorde est très présent dans chacune des lectures bibliques de ce jour.

Ah! la belle fête de la Miséricorde, comme nous sommes heureux ici à St-Nazaire, au Sanctuaire de la Miséricorde! Il me semble que ce matin, nos cœurs sont dans une joie nouvelle. Avec l’évangile, nous sommes plus que jamais dans la miséricorde de Jésus. Rappelons-nous: quelques jours plus tôt, Judas a trahi Jésus; Pierre l’a renié, tous l’ont abandonné. Et maintenant, ils se cachent, ils s’enferment; en effet, ils ont peur d’être recherchés par ceux qui ont condamné leur Maître. Mais voilà que Jésus ressuscité les rejoint. Il aurait pu leur faire des reproches. Il leur dit : « La paix soit avec vous! » Cette paix c’est le pardon, c’est la réconciliation. Avec Jésus ressuscité, le mal ne peut avoir le dernier mot. C’est la miséricorde qui triomphe. Voilà une bonne nouvelle très importante pour nous : quand nous nous sommes détournés du Seigneur, il est toujours là ; il ne cesse de nous rejoindre pour nous apporter sa paix.

Et voici le cas de l’apôtre Thomas. Nous avons l’habitude de le désigner comme « l’incrédule » ; ce n’est pas faux, mais ce n’est pas tout à fait vrai non plus. Il avait demandé à voir et à toucher les plaies de Jésus. En fait, il n’en a pas eu besoin. Les autres disciples avaient vu le Seigneur. Thomas va plus loin : il a été le premier à reconnaître en lui « Mon Seigneur et mon Dieu. » La rencontre et la parole de Jésus vont provoquer la profession de foi de l’incrédule. Jésus lui a fait miséricorde pour son incrédulité. Nous aussi, nous nous reconnaissons dans ce disciple qui cherche des preuves. Mais le Seigneur nous redit les mêmes paroles : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Je vous livre un secret, juste entre nous : Thomas, c’est mon préféré. C’est le premier qui a reconnu le Seigneur et il n’a pas hésité. Ses portes étaient verrouillées, mais Jésus est capable de franchir ces portes. Il est capable de passer au travers des blocages et ainsi atteindre notre cœur. Il nous invite à convertir notre regard, notre mentalité. Jésus ne franchit les murailles que pour les faire sauter.

En ce dimanche, nous te prions, Seigneur : rends-nous plus disponibles à la force de la foi. Sois avec nous pour que nous soyons plus courageux dans le témoignage. Garde-nous plus généreux dans la pratique de la charité fraternelle. “Toi qui es Lumière, toi qui es l’amour, mets en nos ténèbres ton Esprit d’amour”. Amen

S.Isabelle Paquet, cnd

Montréal