26e dimanche année C: Le Lazare d’aujourd’hui

Sanctuaire de la Miséricorde

26e dimanche année C: Le Lazare d’aujourd’hui

En lisant plusieurs fois ce texte de saint Luc, on en vient à se poser tant de questions : Qui est riche?  Qui est pauvre?  Qui est le meilleur aux yeux de Dieu? Faut-il penser la richesse comme une injustice totale? Y a-t-il des riches qui sont pauvres et des pauvres qui sont riches?  Tout cela dépend du cœur.

Ensemble, demandons à l’Esprit de nous faire discerner comment on pourrait apporter des solutions à la misère du monde. Ces solutions sont complexes et nous n’en sommes pas forcément maîtres. Mais au moins pouvons-nous ne pas être indifférents, au moins pouvons-nous partager, manifester notre compassion, notre solidarité.

La parabole s’adresse à chacun et chacune de nous. Oui, il y a la richesse sur le plan financier, mais il y a aussi la richesse en étant enfermés face aux pauvres. Le Pape François parle souvent d’aller aux périphéries, de nous ouvrir sur les besoins du monde.

Dans la revue Vie liturgique nous lisons ceci:

Ce dimanche est la Journée mondiale des migrants et des réfugiés. Nous sommes globalement riches, mais nous avons besoin d’une main-d’œuvre étrangère. Loin de s’arrêter, le flux des migrants et des réfugiés ira en s’accroissant. Réfugiés politiques à cause des guerres et des conflits, des persécutions religieuses ou d’autres natures. Ce sont autant de « Lazare » qui frappent à nos portes; les entendrons-nous?

Il est l’heure plus que jamais de voir que le pauvre, le Lazare de 2022 n’est pas toujours un itinérant. On peut le trouver partout, dans tous les quartiers riches ou non de toutes les villes. Bien protégés dans notre maison, nous pouvons être très unis à ceux et celles qui souffrent, qui n’ont rien, qui cherchent Dieu et le trouvent parce que Dieu ouvre ses bras et son cœur au pauvre que nous connaissons et à celui que nous sommes.

Ouvrons les yeux, tentons de découvrir au moins un Lazare… il est peut-être très proche… et si c’était nous… pauvres en pensant que nous pouvons tout faire par nous-mêmes, pauvres en regardant de haut la personne blessée, souffrante…

Seigneur, aide-nous à faire comme Toi en ouvrant le cœur à tout le monde sans exception.

S.Isabelle Paquet, CND

Montréal